Meagre Hospitality”. Experiences With Food Among Asylum Seekers Living In Norwegian Reception Centres

Author(s)

Publication date

2018

Series/Report no

Anthropology of Food;S12 | 2018; People Moving with Food from and to Northern Europe

Publisher

Anthropology of Food

Document type

Abstract

Food is a powerful form of communication: our attitudes and food related practices can be regarded as a window into our most basic beliefs about the world, ourselves, and others. Knowledge about food consumption and how food can contribute to our understanding of the social position of asylum seekers is limited. The aim of this study is to describe food experiences among asylum seekers residing in Norwegian reception centres to gain a deeper understanding of how food can shape forms of hospitality (or inhospitality) in the country of arrival. Data were gathered in five Norwegian reception centres through participant observation and qualitative interviews. The reception centres included in the study are as follows: one arrival centre, one transit centre, two ordinary reception centres, and one centre for unaccompanied minors. The findings from our study indicate that food is an important lens through which we can explore how different forms of hospitality are performed in Norwegian asylum centres. Upon their arrival, asylum seekers receive low quality and unfamiliar foods, kitchen facilities offer limited opportunities for cooking meals, and shopping for food is a challenge for many reasons: limited economic resources, long distances to stores, and for some, unfamiliarity with the Norwegian grocery shops. Meals, both those prepared by the asylum seekers themselves and those provided by the centres, often have very little variation and inadequate nutritional value. Food at asylum reception centres has an important role in producing and maintaining the condition of precariousness of asylum seekers and contributes to the creation of a “meagre” hospitality.
L’alimentation constitue une importante forme de communication : les attitudes que nous manifestons à travers nos pratiques alimentaires sont autant de fenêtres donnant à voir nos croyances les plus élémentaires concernant le monde, nous-mêmes et les autres. La connaissance des consommations alimentaires et comment l’alimentation peut contribuer à la compréhension de la position sociale des réfugiés, reste encore limitée. L’objectif de cette étude est de fournir une description de l’expérience alimentaire de réfugiés résidant dans des centres d’accueil en Norvège afin d’obtenir une compréhension plus fine de la manière dont l’alimentation peut façonner les formes d’hospitalité (ou d’inhospitalité) dans le pays d’arrivée. Les données ont été collectées dans cinq centres d’accueil en Norvège au moyen d’observation participante et d’entretiens qualitatifs. Les centres d’accueil en question sont de différentes sortes : un centre d’arrivée, un centre de transit, deux centres d’accueil ordinaires et un centre pour mineurs non accompagnés. Les résultats de notre recherche montrent que l’alimentation constitue un prisme à travers lequel on peut examiner différentes formes d’hospitalité pratiquées dans les différents centres norvégiens. Dès leur arrivée, les réfugiés reçoivent une nourriture qui leur est étrangère et de piètre qualité; les cuisines auxquelles ils ont accès leur offrent une opportunité limitée pour cuisiner et faire ses courses et constituent souvent un vrai défi : des ressources financières limitées, la distance jusqu’aux magasins et, pour certains, la méconnaissance des magasins alimentaires norvégiens. Les repas, ceux préparés par les réfugiés eux-mêmes et ceux fournis par les centres, offrent généralement très peu de variété et une valeur nutritionnelle inadaptée. L’alimentation dans les centres d’accueil joue un rôle important dans la production et le maintien de la situation de précarité des réfugiés et contribue à créer une hospitalité “frugale”.

Keywords

Version

publishedVersion

Permanent URL (for citation purposes)

  • https://hdl.handle.net/10642/6985